Le Tank, journal de bord

TL; DR : C’est un long billet, alors en shorter. Le Tank a deux ans, et ça va bien : on est pleins, rentables, on a accueilli 20000 personnes, et on croit que notre contribution est positive. Pour cette 3e année qui commence, attendez-vous à plus et mieux : 3 lieux, concentration sur design-société-media, et des surprises.

TL; DR : C’est un long billet, alors en shorter. Le Tank a deux ans, et ça va bien : on est pleins, rentables, on a accueilli 20000 personnes, et on croit que notre contribution est positive. Pour cette 3e année qui commence, attendez-vous à plus et mieux : 3 lieux, concentration sur design-société-media, et des surprises.

Il y a deux ans, nous inaugurions Le Tank par 24 heures d’événements, dont nous imaginions qu’elles allaient préfigurer les années à venir. Evidemment, il n’en a rien été. Et évidemment, les deux ans qui s’annoncent n’auront rien à voir encore. Pourtant, il y a bien quelque chose qui se passe.

plan-de-travail-28

Le pari.

Le pari, il était écrit ici, il s’agissait d’ouvrir un lieu qui contribue à donner à ceux qui se risquent à la croisée de la création, de la société et du numérique, ce dont ils ont besoin : de l’inspiration, de l’entraide, l’aide à prendre au sérieux leur ambition. Tout ça avec beaucoup de résolution et énormément d’humilité : l’ambition était de tracer la voie et d’apprendre, de former un développement organique, sans stéroïdes, de manière discrète et volontaire.

L’univers de référence était clair : quand tant de lieux d’ancrage existent pour les startups, et d’autres pour des freelances, des créatifs ou des développeurs, il y avait un besoin pour un lieu de mixité, ancré autour de la société numérique, où la création se fait à l’occasion d’une rencontre fortuite. Notre parrain d’esprit était Zygmunt Bauman et sa métaphore de la société liquide, notre ambition était d’exister, et de commencer à contribuer à ce que cette société liquide trouve du sens.

Qu’a-t-on fait ?

Ce qu’on voulait surtout, c’était accompagner des projets et des créateurs. Mission accomplie : des projets ont éclos, des relations se sont créées, des entraides ont permis à des entrepreneurs de persévérer, rebondir, se développer, porter leur projet loin. Des entrepreneurs de tous types, loin de la caricature de la start-up habituelle sont venus apporter leur pierre à l’édifice : on parle de projet de design de politique, de promotion de la place des femmes dans le numérique, de medias, d’apps d’évaluation en réseau, de motion-design, d’UX, etc. Il y a chaque jour une centaine de créateurs au Tank qui portent des projets et ce pari-là est réussi.

Autour de ce cœur, nous voulions réunir et porter une énergie, devenir un lieu d’ancrage, l’outil de communautés à la croisée du numérique, de la société et de la création. Cette place, nous l’avons trouvée. Pas loin de 20 000 personnes qui sont passées au 22bis de la rue des Taillandiers, lors de près de 400 événements en deux ans, pas loin de 4 par semaine. Cela va de l’atelier de design au hackathon et de la formation au cours de yoga. Et tous les mois, avec Renaissance Numérique, on se réunit autour d’un ouvrage et son auteur pour mieux comprendre cette société que le numérique façonne. On aime aussi inviter un créatif que l’on admire à venir nous dévoiler son processus de création.

Nous avons aussi accompagné une dizaine de runs autour de projets de design ambitieux, une vingtaine de Learning Expeditions, pas loin de 200 workshops de design dans Le Réservoir, notre 5ème étage, qui est vraiment une des salles les plus agréables de Paris pour se poser et designer un service ou une idée.

plan-de-travail-29

plan-de-travail-32

Ici sont nées ou se sont développées des initiatives heureuses. Le plus ambitieux cycle de conférences à Paris sur la typographie, chaque été, c’est au Tank avec Type@paris et on remet le couvert pour une 3e année ! Les initiatives de renouveau de la démocratie ou d’activisme numérique ? On a eu le plaisir d’en accompagner, de cette journée de mobilisation contre la loi renseignement aux coups de mains donnés à MaVoix, à LaPrimaire.org, à Julien Letailleur, à Engage, à ces soirées plus ou moins officieuses qui ont vu plus de société numérique se presser ici que de ministres et d’officiels (mais ils sont les bienvenus, aussi).. Le Tank, c’est aussi la maison du renouveau du podcast à Paris, avec Binge audio, les compères de Qualiter avec notamment Studio 404 qui enregistre ici tous les mois depuis 2 ans, et beaucoup d’autres bientôt encore. 

Notre communauté, c’est plus que ces événements : autour du Tank, il y a désormais quelques milliers de personnes, qui forment un réseau actif, positif, sympathique, très mixte, des acteurs de la démocratie numérique, de l’open data, des media, de la typographie, de la cartographie créative, du design, des think tanks, … Ce sont plus de 10.000 personnes avec qui nous partageons sur nos différents réseaux, qui forment ce premier cercle. 

Nous voilà donc, âgés de deux ans, avec quelques envies pour la suite, dans un paysage des lieux du numérique et de l’innovation qui a beaucoup changé, et va se transformer radicalement. Nous avons fait un proof of concept, réuni un début de communauté, nous voulons désormais aller plus loin.

plan-de-travail-34

Le Tank dans deux ans ?

Autour de nous, des dizaines de lieux ont fleuri. C’est joyeux, cela répond à une demande, et crée de nouvelles habitudes. Il y a des inquiétudes, aussi, devant deux grosses arrivées cette année : l’acteur industriel de la location de bureaux WeWork (qui n’a pas grand chose du coworking) et l’ouverture de Station F, le campus à startups gigantesque de Xavier Niel, qui proposera plus de places de travail en un seul lieu qu’il n’y en a d’actuellement disponibles dans l’ensemble des coworkings et accélérateurs de la capitale.

On en parle, et forcément, le paysage parisien va changer, comme il s’est déjà beaucoup transformé. On fait, au Tank, trois paris pour le futur.

Dans deux ans, il y aura 3 Tanks.

Aujourd’hui, le Tank est un immeuble de 1000m2 à Bastille. Nous le confirmons : 100 personnes, c’est une belle taille pour créer une unité de création, avec le bon équilibre de familiarité-diversité. 3000, c’est trop pour espérer faire avec. Mais aujourd’hui, nous poussons largement les murs avec une demande extrêmement forte. On a aussi envie de pouvoir accueillir beaucoup plus de monde à nos événements et à proposer à ceux qui créent des projets ambitieux un lieu pour expérimenter.

Nous allons donc ouvrir un nouveau lieu parisien cette année. Il agira en complémentarité du Tank, avec un focus plus fort sur une thématique, et une capacité événementielle plus intéressante. Nous travaillons dessus.

Nous voulons aussi ouvrir ou participer à un lieu à Nantes, qui s’affirme comme un pôle numérique et créatif très fort, et avec lequel nous créons beaucoup d’attaches. Nous commençons cette année par poser un pied sur place, avant d’approfondir notre projet et de construire avec l’écosystème nantais. Toute contribution est la bienvenue !

plan-de-travail-38

Société, design, media.

Nous voulons continuer d’affirmer notre identité de lieu au service de ceux qui veulent inventer la société de demain, dans un monde numérique. Nous pensons que cette société qui s’invente a besoin de trois dynamiques fondamentales, auxquelles nous voulons contribuer :

  • L’émergence d’une société civile active, renseignée, cultivée et exigeante dans un monde numérique, qui exerce une pression utile sur les pouvoirs publics ;
  • L’émergence de medias innovants, qui organisent l’information que l’ère des réseaux, de la post-truth appelle ;
  • L’émergence d’une création et d’un design inspiré, connecté à la technologie, qui crée des expériences.

C’est autour de ces trois dimensions que nous voulons rassembler, largement, et avec plus d’engagement. Nous nous méfions des truc-tech, qui croient que la technologie est une solution à des problèmes, quand elle est surtout un contexte. Nous croyons à des mots et des projets qui portent du sens et une conscience, une profondeur, parce que notre société en a besoin.

Les centres de demain appellent de nouvelles périphéries. Nous préférons être très légèrement en marge, n’aspirons à être d’aucun monopole ou n’espérons certainement pas être une référence. Nous voulons en revanche attirer les ambitieux et les bienveillants, les critiques et les inventeurs, à la croisée de ces trois sujets, la société, le design, les media.

plan-de-travail-39

Faire plus

Le Tank, c’est aujourd’hui un lieu connu pour son coworking et les événements qu’il produit et accueille. En vérité, nous avons expérimenté plusieurs programmes ad hoc d’incubation, de coaching et d’accélération de projets. Nous avons aussi su investir dans des infrastructures ou des outils dont notre communauté a besoin.

Nous allons renforcer cela. Les créateurs du numérique n’ont pas besoin de beaucoup. Nous ne croyons toujours pas à la multiplication des accélérateurs de startups, qui servent ici ou là, mais sont loin d’être une recette réplicable. Nous voulons en revanche offrir à des entrepreneurs, particulièrement dans les media, plus qu’une simple promesse de coworking. Nous vous annoncerons bientôt des choses précises à ce sujet : le Tank, une forme de medialab ?

plan-de-travail-37

A vous !

Quand nous nous avons ouvert les portes du 22B rue des Taillandiers, il y a deux ans, nous n’avions pas idée de ce qui nous arriverait vraiment. Ce sont ceux qui sont venus ici, travailler, proposer, imaginer, qui ont fait ces deux ans, en plaquant leur désirs, leur culture, leurs imaginaires et leur énergie sur un lieu et une proposition.

Cette proposition de jeu tient toujours : vous avez un projet, une envie, une suggestion, une volonté d’entreprendre ? Contactez-nous !

sans-titre-1

Contact

Le Tank
22 bis rue des Taillandiers
75011 ParisFrance

Envie de rejoindre le Tank ?
Et si on en parlait ?
hello@letank.fr
+33 (0)1 43 14 71 23

Partenaires

Innovations technologiques, orfèvrerie digitale, motion design, illustration, typographes, photographes, web designer, dev front & back exigeant...

Nous aimons rencontrer les meilleurs esprits créatifs du numérique.

partners@spintank.fr